• D600_15-07-13_VALPARAISO_05

    Le Chili en haut des Nuages

    Un pays long et maigre. Ce matin là j’ai posé la question à la dame en face de moi ; -Combien coutent les « ceviches » Madame ?- -1000 pesos chacun !...

  • D600_15-07-20_PISCO-ELQUI_30

    A mes vingt lecteurs

    A mes chers lectrices et lecteurs ; Oui toi ! Faisant partie de mes vingt lecteurs et lectrices, car je n’ai jamais prétendu en avoir plus !...

  • D600_14-12-12_KAIPING_PANO-01

    Quand les voyageurs rentrent à la maison

    Les villageois  de Kaiping. Laissez-moi vous raconter une histoire. La province de Guangdong, ou Canton comme on l’appelle en occident, au 19eme siècle,  n’était pas ce qu’on...

  • D600_14-12-05_DAZU-CAVES_20

    Les chinois ont de la patience

    Ou l’art d’être un chinois en Chine. Si un jour il vous arrive d’aller en Chine vous allez vous rendre compte qu’ils font les choses d’une manière...

  • D600_14-11-13_BUSAN_047a

    Les marchés de poisson en Corée (2eme partie)

    Encore plus frais! A Busan, sur la côte Sud de la Corée, le marché de poisson de Jagalchi est réputé pour être le meilleur du pays. C’est...

Un pays long et maigre.

Ce matin là j’ai posé la question à la dame en face de moi ;

-Combien coutent les « ceviches » Madame ?-

-1000 pesos chacun ! Tous au même prix, celui au saumon, à la péruvienne, aux fruits de mer, à la crevette, tous au même prix, une « luca » seulement ! (1000 pesos)

Read More

A mes chers lectrices et lecteurs ;
Oui toi ! Faisant partie de mes vingt lecteurs et lectrices, car je n’ai jamais prétendu en avoir plus ! Je m’adresse à toi car tu as eu la patience de me suivre pendant ces derniers…. vingt posts, et puisqu’on en parle, je voudrais t’expliquer pourquoi il n’y a pas eu plus depuis quelques mois.
Comme tu le sais bien, dès le début de mon Blog, j’ai eu la « riche » idée d’en faire un, en trois langues ! Donc à chaque fois que j’écris un post, en vérité je dois en écrire trois ! Ceci rend les choses plus compliquées et surtout plus chronophages, que ce à quoi je m’étais préparé.
Ce n’est pas que je ne travaille pas, mais le fait d’écrire au même temps qu’on voyage c’est toujours un peu difficile.
Pourquoi difficile ? Parce que les tentations pour ne pas travailler sont nombreuses et journalières, par exemple se retrouver au milieu d’un tas des gens qui font la fête est un désavantage, le fait aussi de s’assoir pour écrire a comme conséquence que tu ne peux pas faire de visite donc c’est problématique, lors de cette dernière situation on peut rapidement se retrouver à culpabiliser de ne pas faire de visite etc…

Je te parle ma chère lectrice (ou lecteur) de tout ceci car je voulais expliquer pourquoi je n’ai pas pu écrire un post une fois par semaine comme je m’étais promis de faire, tâche qui aurait demandé que je travaille un jour entier par semaine pour tenir la cadence.
Je me suis alors dit que désormais je vais écrire des posts plus concis et plus petits tout en pensant que ce n’est pas la peine de faire des articles comme dans un guide touristique mais juste raconter mon voyage depuis mon point de vue. Conseil qui m’a été donné par un de mes éditeurs.

J’essaierai donc d’écrire beaucoup plus de posts et plus souvent.

Il me reste donc qu’à te remercier pour ta fidélité à lire tous mes petits mots.
Je te souhaite ma chère lectrice ou lecteur, une belle et lumineuse journée.

Freddy

Les villageois  de Kaiping.

Laissez-moi vous raconter une histoire.

La province de Guangdong, ou Canton comme on l’appelle en occident, au 19eme siècle,  n’était pas ce qu’on pourrait dire, le meilleur endroit, ni le plus marrant pour vivre en Chine.

Après plusieurs guerres et famines les unes après les autres, la majeure partie de la population vivait soit dans la pauvreté soit dans la frange qui est en train de passer de la pauvreté vers le niveau immédiat inférieur.

La situation ne pouvait pas être pire pour ces gens car cela leur laissaient juste le choix entre une mort pas très agréable pendant une guerre ou une autre encore moins agréable… de faim.

 

C’est à cette époque que beaucoup de chinois issus de cette région ont migré à l’étranger à la recherche d’une vie meilleure. Beaucoup d’entre eux sont partis aux Amériques, du Nord et du Sud, pour travailler comme main d’œuvre pendant la construction des premières lignes de train.

Après plusieurs décennies de travail ininterrompu, beaucoup d’entre eux sont retournés au pays avec toutes leurs économies en poche et se sont installés dans la même région d’où ils sont partis.

Et c’est là où ça devient intéressant.

Read More

Ou l’art d’être un chinois en Chine.

Si un jour il vous arrive d’aller en Chine vous allez vous rendre compte qu’ils font les choses d’une manière très particulière. C’est à dire; pas du tout comme le reste des habitants du système solaire.

Pour mieux vous montrer de quoi je parle, supposons que, par le plus grands des hasards, non seulement vous êtes en Chine, mais que par un coup du destin encore plus invraisemblable, vous vous retrouvez précisément dans un petit village du milieu de la Chine du nom de Dazu ou 大足 pour les intimes. (Près de Chongquing, mais cela n’est pas très important pour le reste de l’histoire)

Read More

Encore plus frais!

A Busan, sur la côte Sud de la Corée, le marché de poisson de Jagalchi est réputé pour être le meilleur du pays. C’est peut être pour cette raison que le bâtiment est plus imposant qu’à Séoul, jugez plutôt:

Read More